Textes

État Naturel

Chercher un autre état que l’état naturel est nous condamner à devoir forcer d’une façon ou une autre pour tenir et entretenir autre chose que notre état naturel. Ce qui, à la longue, peut devenir un peu fatiguant ; forcer, se rappeler, se changer, etc. Tout ça pour être plus heureux ou pour être quelqu’un… L’état naturel est tout simplement déjà là, et surtout lorsque nous arrêtons de trafiquer la vie ou notre personnalité d’une façon ou d’une autre.
Dans notre culture, il est normal de chercher à être une autre personne que celle que l’on est déjà ; l’effort est bien vu, et c’est au combat qu’on reconnaît les braves… et qu’on gagne des médailles ! Faire la paix avec ce que nous sommes en tant qu’être humain nous permettra une grande détente et beaucoup de souplesse et de sérénité. Évidemment, nous ne tombons pas dans le panneau de nous croire parfait ou arrivé au summum de notre potentiel, loin de là. Simplement nous évoluons sans effort vers l’actualisation de notre potentiel en tant qu’être humain et individu au sein d’une civilisation qui est telle qu’elle est aujourd’hui. Donc on ne se repose pas sur ses lauriers (si on croit en avoir !) ni sur la croyance en l’impossibilité d’une vie meilleure… On suit plutôt le courant de la vie, qui, chaque année, nous mène un peu plus loin dans notre déploiement, et ce, sans aucun effort, car c’est juste naturel de grandir. Il suffit de ne pas être trop pressé en fait, même si les voies et les thérapies, les voitures et la nourriture « rapides » sont à la mode. Mais bon, pas de problème, c’est bien de faire des expériences, après tout on est là pour ça aussi.
L’état naturel est déjà là, bien que nous jugions « ce qui est » comme inadéquat ou pathologique. Ces notions, si utiles soient-elles à un certain niveau, dans le cadre d’un certain paradigme, peuvent à terme nous voiler la prochaine étape de notre évolution de conscience. Le passage d’un état « culturel » à un état naturel, implique d’abandonner les représentations propres à notre culture ! Déposer les croyances dualistes qui ont construit et maintiennent notre identité sociale et humaine, comme étant notre seule véritable identité, ce qui est faux.
Nous pouvons avoir plusieurs identités culturelles, et donc relatives, comme notre carte d’identité, notre âge, notre sexe, notre groupe ethnique ou notre spiritualité ; ce qui est parfois pratique pour pouvoir se différencier et ne pas tout mélanger non plus. Ceci étant, nous avons également une identité « absolue », à savoir la Source de Vie, la Conscience, ou comme vous préférez l’appeler, sachant qu’elle est en dehors de toute possibilité d’être réduite à un quelconque terme ou concept. Ce que nous sommes donc en réalité, au-delà ou en deçà de toute identité relative, c’est la Conscience. De cette Conscience émane « tout ce qui est », et dans « tout ce qui est » est « contenu » l’intelligence de la Source, de la Conscience.
L’état naturel est l’expression de l’intelligence de la Conscience, et cet état ne comporte en lui aucune erreur, aucun manque, aucune « maladie ». Demandons à un arbre comment fait-il pour rester en permanence en harmonie et en unité avec son environnement (et donc l’univers) ? Il vous répondra que c’est sa nature et qu’il ne fait rien de spécial pour cela, c’est juste ce qu’il est.
Pourquoi en serait-il autrement pour nous, petits frères évolutifs de nos amis les arbres ? Et bien lorsqu’en nous cesse le combat ou les tentatives de contrôle de la Vie, c’est tout simplement cet état naturel qui réémerge de lui-même, sans que nous ayons besoin de faire quoi que soit.
Lorsque, d’une certaine façon, nous quittons cet état naturel, alors va se mettre en marche en nous, un processus de recherche de cet état naturel d’unité et de spontanéité. Nous ressentirons que quelque chose manque, et nous nous mettrons en quête d’un mieux (ce qui est simplement du bon sens d’ailleurs), que ce soit au travers du travail, de la famille, du couple, de la politique, de la spiritualité, du sport, etc. Et, lorsqu’enfin l’état naturel aura été recouvré, alors ce processus de rechercher s’arrêtera de lui-même. Le processus de recouvrement de l’état naturel est lui aussi naturel, donc nous n’avons pas forcément besoin de le « booster » et de le compliquer plus que ça ; la nature sait très bien retourner à l’équilibre, d’elle-même, sans avoir besoin de se rajouter une « science de l’équilibre » de surcroît. Ces « sciences » nous aideront bien au début, mais auront leur limites au-delà desquels nous devrons passer par « l’initiation » de la confiance, voire de la foi. Nous ne pouvons pas arriver à l’état naturel par nous-mêmes, il faut laisser faire et sentir chaque jour simplement ce qu’il y a à faire ou pas.