La fin de l’illusion de séparation

Croire et sentir que nous sommes des entités séparées, distinctes ou indépendantes de notre environnement, nous amène à lutter pour tenter d’améliorer notre personne et notre monde, selon notre vision personnelle. Comme si ce que nous sommes déjà était insuffisant ou mauvais.

L’innocence retrouvée ne fera pas forcément de nous des saints béats, voués aux services des malheureux, mais simplement des gens comme les autres, qui auront reconnu leur vraie nature et auront cessé de juger ce qui est. Ils ne se sentiront plus séparés, ni du reste de l’univers, ni de la conscience universelle. Il se retrouveront être, comme ils étaient à l’origine, uns avec la Vie, c’est-à-dire la Vie elle-même. Sans idéal de ce qu’est la Conscience, la Source, le Tao, le Soi, ou Dieu (comme on dit chez nous). Ils seront simplement ce qu’ils sont, là où ils en sont, en train de faire ce qui leur vient. Leurs vies ne seront plus gouvernées par l’illusion d’être séparés de l’intelligence universelle, ni par l’illusion de devoir s’améliorer pour pouvoir un jour goûter au simple bonheur d’être.

Notre évolution se déroule d’elle-même, sans effort, à son rythme, naturellement et selon ses voies (qui sont impénétrables par notre pensée limitée). La simple satiété d’être tels que nous sommes, n’exclue pas le fait que nous continuions d’apprendre et d’évoluer. La fin de nos quêtes et ambitions en tout genre ne signifiant aucunement la croyance, voire l’arrogance, de se croire arrivé au pinacle de la spiritualité. Encore moins de se croire supérieur (!) ou ne serait-ce que particulier. Tout est Conscience, et rien ne l’est plus qu’autre chose, tous règne confondus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.